Le lapin et la chaleur

Épisode 3 - Au secours j'ai chaud !

Le lapin et la chaleur

Le lapin et la chaleur

Ce qui suit s’applique aux lapins nés et élevés dans des pays au climat tempéré. Un lapin né et élevé sous les tropiques aura un rapport différent à la chaleur.

Plus de 25°C annoncés, votre lapin va avoir chaud et dans certains cas il peut risquer sa vie.

La température normale du lapin en bonne santé est comprise entre 38,5° et 39.6°C.

Les lapins sont le plus à l’aise un environnement tempéré, dans une fourchette de température comprise entre 14 et 18°C, c’est ce qui leur convient le mieux.

Comment le lapin régule t’il sa température corporelle ?

Le lapin ne peut pas faire baisser sa température corporelle par la transpiration car il est presque dépourvu de glandes sudoripares ; La perspiration (évacuation d’eau à travers la peau) n’est jamais importante à cause de la fourrure. La régulation thermique s’effectue de différentes façons :

  • Le halètement (ou hyperventilation) qui permet d’évaporer l’eau (excellent conducteur thermique) et d’humidifier l’air dans les voies respiratoires, langue et bouche et ainsi, de faire descendre la température générale ; toutefois, cela fonctionne moins bien que chez le chien, d’autant plus que le lapin, lui, cesse de haleter dès qu’il est déshydraté. Votre lapin va donc respirer plus vite quand il fait chaud, c’est normal !
  • La vasodilatation au niveau des oreilles : les oreilles des lapins disposent d’un réseau vasculaire bien développé. En gardant les oreilles bien étendues, et en les balançant lentement, le lapin refroidit son sang (convection/radiation), ce qui lui permet de faire baisser sa température corporelle (la T° des oreilles augmente). Plus les oreilles sont grandes, plus ce phénomène est efficace. Ce qui permet de comprendre pourquoi, plus les oreilles sont petites, plus le lapin souffre de la chaleur ; les lapins béliers sont également plus sensibles.
  • Étendre son corps : votre lapin, en cas de forte chaleur, va essayer de répartir le plus possible son corps sur le sol afin de maximiser les échanges thermiques. C’est ainsi que vous le verrez s’étaler de tout son long, pattes arrière en mode « grenouille » dans les zones les plus fraîches possible. Si votre compagnon vit dehors vous l’observerez peut-être creuser un peu le sol afin d’accéder à des zones encore plus fraîches.

Cependant, lorsque la température excède 39°C (leur T° corporelle), en cas de déshydratation ou d’animaux jeunes (moins d’1 mois), ces mécanismes ne fonctionnent plus, et l’animal commence à souffrir d’hyperthermie pouvant déboucher sur un coup de chaleur, pouvant lui-même déboucher sur la mort dans certains cas.

A contrario, quand il fait un peu plus froid (moins de 10/12°C), vous verrez votre lapin se mettre en boule (position de la « poule ») pour limiter sa surface corporelle perdant de la chaleur, sa respiration sera plus calme, et la température des oreilles baisser.

Comment aider votre lapin à affronter la chaleur ?

  • Donner les granulés le soir lorsqu’il commence à faire frais. Maintenir sa température va demander à votre lapin de gros efforts, il faudra donc privilégier tout au long de la journée des aliments le plus digeste possible ; car la digestion également mobilise beaucoup d’énergie.
  • Renouveler l’eau plus régulièrement : une eau fraîche incitera votre animal à boire plus souvent. Les biberons sont vivement déconseillés car ils ne permettent pas une hydratation suffisante, le goutte à goutte étant rapidement lassant l’animal étanchera rarement la totalité de sa soif.
  • Proposer des aliments riches en eau (à température ambiante) : pastèque, concombre, melon, salade. Vous pouvez également les donner mouillés afin de « forcer » l’hydratation ; contrairement à la légende très répandue les aliments mouillés ne sont pas un problème pour un animal habitué à manger frais. Légende n°2 : non vous n’êtes pas obligés d’enlever les pépins des melons et autres, seuls les pépins et les noyaux contenant du cyanure (cerise, pêche…) sont potentiellement dangereux si ingérés en trop grand quantité (la quantité dépendant du poids de l’animal concerné).
  • Mettre à sa disposition des élément rafraîchissants :
    • Tapis rafraîchissants : attention ils sont souvent toxiques en cas d’ingestion, donc pas pour les rois du grignotage.
    • Carreau de carrelage : Mettez-le quelques heures au frigo ou au congélateur et posez-le au sol à disposition de votre animal.
    • Bouteille d’eau congelée : enveloppez là dans un tissu pour éviter les brûlures liées au froid et laissez là à disposition de votre animal qui pourra s’allonger contre s’il a besoin de se rafraîchir.
    • Mini piscine : vous pouvez proposer quelques cm d’eau à votre compagnon, dans un contenant assez grand pour qu’il puisse s’y allonger. L’eau doit être propre et fraîche. Vous ne devez en aucun cas forcer votre animal à s’y mouiller, il est de son libre choix d’y aller ou pas ; certains apprécient là où d’autres n’y tremperont pas le début de la pointe d’une pattoune !
  • Proposer un accès à un extérieur boisé et/ou très végétalisé : la nature et ses plantes sont le meilleur régulateur de température du monde ! Votre animal aura vite fait de trouver un coin d’ombre bien aéré sous un arbre ou dans un bosquet, il grattera un peu le sol et s’avachira pour de longues heures de somnolence.
  • Fermer fenêtres, portes et volets à partir de 7h le matin les jours de canicule : cela vous permettra de maintenir au mieux la température plus fraîche de la nuit. Le soir, dès que les températures déclinent, ouvrez tout en grand jusqu’au lendemain. Oui, les moustiques vont vous dévorer, mais il faut choisir, cuire ou être mangé XD
  • Humidifier le pavillon des oreilles avec de l’eau à température ambiante ou un peu fraîche (jamais froide, le choc thermique est dangereux)
  • Ventiler la pièce : ne jamais exposer votre animal au ventilateur de manière directe. Disposer un linge frais et humide sur le ventilateur fait chuter la température ambiante
  • Si votre animal est en cage ou a une cage « panier » : disposer un linge humide dessus, l’évaporation fera baisser la température.
  • Si vous avez un angora, vous pouvez envisager de le tondre.
  • Proposer des plantes telles que la mélisse citronnée, les feuilles de fraisier, le grand plantain…

A éviter :

  • Baigner votre lapin : ils n’aiment pas ça, cela ne fera que les stresser donc augmenter leur température corporelle.
  • L’exercice physique : ce n’est pas le moment de se lancer dans le kaninhop
  • Les courants d’air, l’exposition directe à un ventilateur, une climatisation trop forte.
  • Les forts écarts de température de manière brutale

Comment faire la différence entre un lapin qui a chaud et un coup de chaleur ?

C’est un peu compliqué avouons-le, c’est un moment où il va vous falloir être observateur. Les signes du coup de chaleur sont les mêmes quasiment qu’un lapin qui a « juste chaud » :

  • Accélération du rythme cardiaque et de la respiration
  • Apathie légère

En cas de coup de chaleur, certains éléments supplémentaires, requérant votre attention, vont apparaître :

  • Apparition de gouttelettes d’eau autour des narines formées par la condensation
  • Diminution puis disparition des réactions aux stimuli extérieurs : votre animal ne réagit plus, refuse de se déplacer etc…
  • Cyanose des muqueuses (deviennent bleutées)
  • Sécrétions nasales séreuses

Si vous observez ces éléments, vous êtes dans le cadre d’une urgence vitale. Que faire ?

  • Placer le lapin dans sa caisse de transport au calme. Vous pouvez placer une bouteille glacée entourée d’un linge dans celle-ci, sinon vous pouvez également disposer un linge humide au-dessus (en maintenant une zone d’aération importante bien entendu)
  • Humidifier à l’eau tiède le pavillon des oreilles.
  • Placer un linge humide (t° ambiante) sur l’animal s’il est au plus mal et que vous ne souhaitez pas le laisser dans sa caisse.
  • Il faut veiller à ne pas faire descendre trop rapidement la température corporelle, afin de ne pas provoquer une hypothermie, ou une arythmie/un arrêt cardiaque.
  • Vous rendre d’urgence chez le vétérinaire qui le placera, si nécessaire, sous perfusion et sous surveillance sur plusieurs jours.

Partager cette publication

Laisser un commentaire


Vous venez d'ajouter ce produit au panier: