fbpx

Épisode 6 – L’enrichissement, mais qu’est-ce ?

Épisode 6 – L’enrichissement, mais qu’est-ce ?

Cet article sera court, il n’a pas vocation à vous donner des millions d’idées mais à vous expliquer quelques principes de base. Dans la nature, nos amis les animaux, ont un emploi du temps chargé :

  • Survivre,
  • Avoir des comportements sociaux avec leurs congénères (toilettage, reproduction, éducation des petits…)
  • Chercher leur nourriture (ET s’en saisir)

En captivité, nous avons peur qu’ils s’ennuient et à juste titre ! C’est souvent le cas. Toutes ces frustrations se traduisent par du stress. Et ce stress n’est pas toujours facilement visible par nous les humains, parfois l’animal ne le montre pas, parfois nous n’y faisons pas vraiment attention (car nous ne sommes pas suffisamment informés et au fait des comportements normaux et anormaux) et parfois tout simplement car nous interprétons mal certains comportements.

En effet, une fois domestiqué nous retirons aux animaux leurs principales occupations. Bien que nous puissions considérer que pouvoir vivre et non plus survivre est un net progrès, qu’en est-il du reste ? Comment occuper leur temps ? Le jeu est-il une réponse ?

Est-ce que mon animal joue ?

Désolée de vous décevoir, mais non… Votre animal ne joue pas. Ce que vous prenez pour du jeu n’est bien souvent que l’extériorisation de l’ennui, une façon de passer le temps. Pour se faire ils torturent leurs jouets, bousillent des trucs etc… ceci leur permet d’évacuer le trop plein. Ça ne signifie que cela soit mal de leur proposer des activités (intellectuelles ou physiques) ça leur permet justement de rester équilibrés et d’occuper une partie de leur temps. Mais cela est insuffisant.

Je tiens à préciser que le chien lui joue (et un certain nombre de chats). Mais derrière ça il y a des milliers d’années de sélection de l’immaturité chez cette espèce. En effet, les jeunes animaux (prépubères) jouent, ceci leur permet d’imiter des comportements sociaux, de fuite ou de chasse afin de les reproduire adultes (et de survivre, on en revient toujours là). Nous avons sélectionné les chiens dans le but de répondre à nos « besoins » d’humains, donc un être proche de nous, joueur, toujours à l’écoute de nos attentes etc. et on a réussi ! Nos chiens sont des gosses toute leur vie ! Essayez donc de jouer à la baballe avec un loup domestiqué adulte ! Autant louveteau, il aura certainement adoré faire ça, autant adulte il vous regardera les yeux ronds, en totale incompréhension de vos attentes. Pas mal de chiens sont éduqués à la récompense par le jeu, là où les loups, de cinéma par exemple, sont éduqués à la récompense par la bouffe, ils s’en moquent de votre jouet !

Comment l’occuper ?

C’est là qu’intervient l’enrichissement de leur environnement. Mais qu’est-ce que cela veut dire ?

Tout simplement leur proposer des activités permettant de reproduire des comportements naturels. Nous allons donc aborder l’enrichissement autour de l’alimentation et l’enrichissement autour des autres activités.

Il s’agit alors de décupler les opportunités d’interaction entre votre poilu et l’environnement dans lequel il se trouve placé.

L’enrichissement alimentaire.

A bas la gamelle ! Nous prendrons ici l’exemple du lapin. Une journée de lapin sauvage est largement occupée par la recherche de nourriture. A la maison, la nourriture lui est livrée à heure fixe dans une jolie gamelle (vous êtes devenus de vrais Robuchon et c’est très bien !), ce qui est très chou et gentil mais pas très adapté.

Alors que faire ? La nourriture ça se disperse, ça se cache, un peu partout dans son environnement (avec des cachettes plus ou moins faciles et renouvelées de temps en temps : il ne faut pas les prendre pour des andouilles, ils ont une bonne mémoire). Vous verrez alors votre poilu passer un temps fou à chercher là où vous auriez bien plu planquer le repas. Voilà une saine occupation sous deux aspects :

  • Votre animal va être occupé à une activité naturelle : pendant ce temps là il ne s’ennuiera pas et ne songera pas à détruire votre mobilier et vos câbles télé.
  • En cherchant sa nourriture il va se « bouger le pompon » et ainsi améliorer sa santé et son transit, les herbivores strictes ont un grand besoin de se mouvoir de façon régulière tout au long de la journée pour bien digérer. (Cela diminue nettement les coliques, arrêts ou ralentissement de transit etc…)

Soyez créatifs, ils vous remercieront ! Ce que nous appelons jeu de réflexion et d’intelligence sont des activités, par exemple, leur permettant de devoir se creuser un peu les neurones pour obtenir leur nourriture. C’est un excellent complément.

L’enrichissement de l’environnement

C’est là qu’intervient ce que nous les humains appelons le « jeu ». Mais qu’est-ce qu’un bon jeu ? Un bon jeu est un jeu qui reproduit un comportement naturel : creuser pour le lapin ou lancer une balle pour le chien (cela active les fonctions de prédation).

Cela ne signifie pas que vous ne deviez pas donner de jouets à détruire à votre lapin, mais simplement que cela ne suffit pas, car ils ne sont que des exutoires et insuffisants si pris seuls, sans autre activité. Ils ne doivent pas être un palliatif, mais un plus.

Cet enrichissement de l’environnement est un plus à l’enrichissement alimentaire qui lui est le principal. Il s’agit là de se dire que toutes ces activités le conduisent en général à manger ! Des tunnels recelant des feuilles de salade, une rondelle de carotte planquée dans une balle ou sous une pile de foin, une poignée de granulés dans une cabane et une autre sous un dodo etc.

Renouveler très régulièrement l’aménagement de sa zone de vie est également très bénéfique. Nous croyons à tord que modifier quelque peu leurs habitudes est négatif, c’est tout le contraire ! Un animal face à une situation nouvelle sera stimulé psychologiquement !

L’isolement social

L’isolement social de nos animaux de compagnie est quelque chose d’assez terrible que nous leur imposons, et bien souvent sans aucune arrière-pensée, nos ne réalisons juste pas à quel point cela est compliqué pour eux et rend leur vie monotone.

Toiletter un congénère, partager un repas ou une sieste sont des besoins FONDAMENTAUX, pour nos animaux.

En résumé et pour vous aider un peu !

Voici quelques principes d’enrichissements :

  • Modifications apportées à l’environnement : supports, perchoirs, présentation des aliments, végétation, tunnels, dodos….
  • Vie sociale : un ou plusieurs congénères.
  • Encourager les comportements de recherche des aliments en les obligeant à « travailler dur » pour se nourrir. Le plus simple est de changer les quantités de nourriture distribuées, l’emplacement des aliments et/ou faire varier les heures de nourrissage.
  • Favorisez le « jeu » en ajoutant des balles, des cordes, des miroirs (et penser à les renouveler, ne pas tout leur mettre d’un coup)
  • Introduire de nouvelles odeurs naturelles, des épices ou autres essences.
  • Changer les substrats pour leur donner une nouvelle texture.

Conclusion

Pour conclure, une vie « trop simple » est terriblement enquiquinante ne l’oubliez pas !

Un animal captif qui ne bénéficie pas d’un environnement enrichi peut :

  • Être moins actif, dormir ou rester immobile. Ils sont alors plus susceptibles à une prise de poids (et aux arrêts de transit pour les herbivores)
  • Avoir un système immunitaire affaibli
  • Avoir peur et/ou devenir agressif.
  • Développer des comportements répétitifs sans aucun but (stéréotypie)
  • S’auto-mutiler

Partager cette publication

Laisser un commentaire


Vous venez d'ajouter ce produit au panier: